VU DANS LA PRESSE


Samedi 27 Décembre 2008 SUD OUEST

ÉCOLOGIE. L’association Bassin d’Arcachon Écologie, présente sur tous les fronts de la défense de l’environnement, demande une extension de son agrément à tout le territoire du Bassin et du Val de l’Eyre
« C’est notre rôle de donner des pistes »

Françoise Branger, vigie de l’environnement.( PHOTO B.D.)
Bassin d’Arcachon Écologie, qui fêtera ses 20 ans l’an prochain – « avec des gâteaux », plaisante sa présidente Françoise Branger -, poursuit ses nombreuses actions en faveur de la défense de l’environnement, comme en témoigne le – très – détaillé rapport d’activités présenté lors de l’assemblée générale de l’association qui vient de se tenir (1).
« 2009 sera le suivi de tous les dossiers, résume Françoise Branger. Rien ne se résout en quelques mois ; il faut souvent des années. »
La biodiversité
Parmi les dossiers « majeurs » que suit BAE, il y a le Scot (Schéma de cohérence territoriale) : « Avec le choix de l’urbanisation tout autour du bassin d’Arcachon et dans le Val de l’Eyre se joue l’ensemble de la protection de l’environnement. »
L’enjeu du milieu marin retient également toute son attention : « L’État fait des efforts, on en espère des résultats. »
Enfin, il y a la Clis (Commission locale d’information et de suivi) sur la qualité des eaux du bassin d’Arcachon : « Nous avons pu obtenir des réponses et des données précises. Nous avons apprécié la transparence des rapports », se félicite à son tour Françoise Branger.
Avec sa triple casquette de présidente de BAE, vice-présidente de la Ceba (la Coordination Environnement du bassin d’Arcachon, qui regroupe une quinzaine d’associations), et un des quatre coordinateurs du collectif Aquitaine contre les rejets en mer, Françoise Branger est, d’une manière plus générale, une vigie de la « protection de la biodiversité » : « C’est un des grands enjeux de ce siècle. Elle s’est effondrée partout. La France est signataire de l’objectif 2010 pour stopper son érosion. C’est notre rôle d’association de donner des pistes pour un meilleur respect de l’environnement».
L’agrément
Tout autour du Bassin, BAE reste vigilant sur un nombre important de dossiers comme le port du Betey à Andernos, le futur PLU de La Teste-de-Buch, la protection de Pissens et Laurey à La Teste, les campings au pied de la dune du Pilat… L’association participera d’ailleurs à la journée « L’Eau en partage », organisée par le Siba, le 12 mars prochain, à Arcachon : « Il faut faire coller l’humain et l’environnement. C’est mieux en paroles, mais dans les faits, il y a encore beaucoup à faire. »
« Nous sommes très sollicités. Nous avons aussi plus de soutiens que d’adhérents », sourit Françoise Branger dont le « principal souci » vient des actions judiciaires : « On le fait pour faire respecter le contrôle de légalité, mais ça nous rend triste, il vaudrait mieux une meilleure protection en amont. »
Toujours est-il que, pour faire reconnaître une réalité de terrain, l’association a demandé l’extension de son agrément à l’ensemble du territoire bassin d’Arcachon et Val de l’Eyre : « C’est une unité territoriale cohérente. Lorsqu’on évoque la protection de l’eau, par exemple, on ne peut pas se limiter aux quatre communes du Sud-Bassin, ni à celles qui entourent le Bassin, il faut aussi englober le Val de l’Eyre puisque la Leyre se jette dans le Bassin. »
(1) Françoise Branger, reconduite à la présidence, est entourée de Michel Daverat (mer et littoral), Pierre Vuilleumier (urbanisme) et Jean-Paul Dagnelie (trésorier).
Auteur : BERNADETTE DUBOURG