Un patrimoine à rénover : le Musée-Aquarium d’Arcachon.

Le Musée-Aquarium d’Arcachon a été édifié en 1866 par la Société Scientifique pour l’inauguration d’une exposition internationale de pêche et « d’aquiculture ». Sa structure est en bois. Les façades furent doublées par des briques de Biganos en 1867, date à laquelle le musée, la bibliothèque et l’aquarium furent ouverts au public le 14 juillet. La Société Scientifique créée en 1863, décide en 1866, que « les hommes d’étude sont admis gratuitement à utiliser nos collections, nos bacs, nos appareils et notre laboratoire ». Ce sont les prémices de la Station Marine. Les principaux contributeurs étaient des notables tels que le Dr. Gustave Hameau, le maire d’Arcachon Alphonse Lamarque de Plaisance, l’abbé Mouls, le pharmacien Paulin Fillioux, le docteur es-sciences Leopold Micé, des négociants et des hommes d’affaires. Situé à Arcachon, 2 rue du professeur Jolyet, à proximité de la plage, les aquariums sont alimentés par des canalisations partant de l’extrémité de la jetée d’Eyrac. Son aspect extérieur est à peu de chose près, le même qu’en 1867.

Le terrain et le bâtiment du Musée-Aquarium qui appartenaient à l’Etat en 2005 (exonération de la taxe foncière) ont été cédés à l’Université de Bordeaux en 2019 afin de lui permettre de développer un Pôle Océanographique. Ce projet qui devait se concrétiser en 2020 a été abandonné.

Suite à une expertise, l’Université de Bordeaux a décidé fin octobre 2020 de prendre un arrêté de fermeture et de fin d’exploitation du Musée-Aquarium pour cause de mise en péril du public. En contrepartie, l’Université s’est engagée à consolider et restaurer le bâtiment (clos couvert) afin de permettre la réouverture du Musée-Aquarium.

Pour restaurer sa trésorerie et maintenir en bon état les collections, la Société Scientifique, qui a vu fondre ses économies suite à la crise sanitaire, envisage de créer un fond de dotation. Cela lui permettrait de conserver ses salariés pour protéger les collections archéologiques et faunistiques du Bassin d’Arcachon pendant les travaux et d’améliorer la muséographie.

Jean-Marie Froidefond, président de la Société Scientifique.