PARC MARIN Vu dans la presse


Pascal Gauci évoque les prochains dossiers. (PHOTO B.D.)
Lundi 26 Octobre 2009 SUD OUEST

ARCACHON. Entre la création du parc marin et l’ouverture des centres de vaccination contre la grippe A, le sous-préfet évoque les dossiers en cours sur l’arrondissement
Parc marin : la décision pourrait arriver très vite
En poste depuis juillet dernier, le sous-préfet Pascal Gauci, s’est très vite frotté à la réalité économique et sociale de l’arrondissement, avec la nouvelle crise ostréicole qui a secoué la profession durant tout l’été et jusqu’en septembre.
Il n’a cependant pas exclusivement consacré ses trois premiers mois de fonction aux ostréiculteurs, même s’il est « très attentif » à leur situation.
Il a mis en place diverses structures. Petit tour d’horizon des dossiers en cours sur le bassin d’Arcachon et le Val de l’Eyre.
1 Les ostréiculteurs sont en difficulté
« Pour ce qui du test de la souris, les données sont connues. L’engagement du Ministre de l’agriculture, qu’il a dit, répété et confirmé, est total. Il souhaite passer au test chimique dès janvier. Mais c’est une décision européenne qui nécessite un travail de mobilisation et de conviction. Les choses avancent cependant dans le bon sens.
Au-delà de l’impact des fermetures, qui est réel, je reçois régulièrement des ostréiculteurs qui ont des difficultés financières. Je vois, au cas par cas, ainsi qu’avec les banques, comment les aider à passer le cap des fêtes de fin d’année et repartir sur de meilleures bases en 2010. Il en est de même avec les pêcheurs de moules.
En septembre, on a fait tout ce qui était possible pour lever les interdictions. Les résultats des tests n’allaient pas dans le sens des ostréiculteurs et des élus, mais nous sommes aussi là pour faire respecter un certain nombre de choses, même si ça ne fait pas plaisir. Ainsi, aujourd’hui lundi, il y a le test mensuel.
Ce test de la souris, on en pense ce qu’on veut, mais c’est tout de même un révélateur. Il y a manifestement quelque chose qui fait mourir les souris, il faut trouver ce que c’est. L’étude menée par le Siba va dans ce sens, ce qui n’est pas remettre en question la qualité des eaux ».
2 L’absence de stocks est très préoccupante
« Le vrai défi de 2010 sera celui des stocks. La mortalité des jeunes huîtres en 2008 et 2009 affecte profondément la profession.
Nous avons mis en place une structure spéciale pour connaître l’état des stocks par entreprise, évaluer le manque, voir comment retrouver les stocks et accompagner les ostréiculteurs.
Parallèlement à ça, avec les recherches poursuivies par l’Ifremer concernant la mortalité et l’enquête réalisée cet été par la Section régionale conchylicole, nous cherchons à savoir quels sont les secteurs et les variétés touchés.
Sur la mortalité, le ministre a mis en place plusieurs mesures : un dispositif de calamité agricole – les formulaires seront disponibles en décembre et devront être déposés avant fin janvier – ; une exonération de la redevance domaniale ; et un fond d’allégement des charges pour les entreprises qui ont investi dans le domaine de la production ».
3 Le parc marin sera bientôt lancé
« Le parc marin n’est pas une structure de plus, il est destiné, justement, à fédérer les dispositifs importants qui existent déjà, comme la loi littoral, le schéma de mise en valeur de la mer… L’objectif est d’avoir un espace de qualité. Il faut trouver un équilibre entre toutes les activités sur le bassin d’Arcachon et la préservation du milieu. Le parc marin a la capacité de mettre en oeuvre cette politique. En terme d’image, ce sera aussi un plus. À quelques exceptions près, toutes les personnes rencontrées, plaisanciers, ostréiculteurs, pêcheurs, élus, même s’ils ont des interrogations, sont pour le parc marin.
Nous attendons la décision du ministre de l’Environnement de lancer la procédure, puis l’Agence des aires marines protégées nommera un préfigurateur chargé, avec les responsables locaux, de définir les objectifs et le fonctionnement de ce parc marin. Ca pourrait arriver très vite. C’est aussi le souhait du préfet, Dominique Schmitt, qui est à l’origine du parc marin de la mer d’Iroise en Bretagne. C’est vraiment un beau projet, un beau tournant pour le bassin d’Arcachon à ne pas rater ».
4 9,2 % de chômeurs dans l’arrondissement
« 9,2 % de chômeurs, c’est au-dessous de la moyenne départementale, mais au-dessous de la moyenne nationale. Le ministre et le préfet souhaitent que chaque sous-préfet soit fortement mobilisé sur la politique de relance de l’économie. Un vendredi par mois au moins, j’anime un service public de l’emploi, avec tous les partenaires de l’emploi, pour un diagnostic sur l’évolution des contrats aidés, voir comment améliorer la situation et faire en sorte que cesse la progression du chômage. Ce travail est prolongé, chaque mois, au niveau du service de l’emploi départemental puis régional, pour être au plus près des territoires.
5 La délinquance en hausse depuis 9 mois
« La sécurité est une préoccupation forte du président de la République, du ministre de l’Intérieur et du préfet. Une fois par semaine, je fais un point sur l’évolution de la délinquance dans l’arrondissement. Elle a augmenté de 5 % au cours des neuf premiers mois de l’année, soit 1 400 faits de plus. Dans le même temps, le taux d’élucidation a augmenté. Parmi les faits en hausse, il y a les cambriolages, dont nous faisons une priorité. Cela passe par des actions coordonnées entre policiers et gendarmes, avec des surveillances en civil dans des quartiers sensibles. Cette mobilisation commence à payer, les premiers chiffres d’octobre montrent un fléchissement, voire une inversion de tendance. La sécurité routière est également une préoccupation. Nous avons 5 % d’accidents en moins, une baisse de 7,5 % de tués et 6,7 % de blessés. Il n’y a pas de secret, il faut du contrôle, de la présence. Comme l’opération de vendredi soir (voir page 16). C’est un combat permanent.
Auteur : BERNADETTE DUBOURG